Chaussons rubis - Wikipedia

Chaussons rubis – Wikipedia

Chaussure paillette

Paire de chaussures magiques portées par Dorothy Gale dans le rôle de Judy Garland dans le film The Wizard of Oz de 1939

le pantoufles rubis sont la paire magique de chaussures portées par Dorothy Gale dans le rôle de Judy Garland dans le film musical Metro-Goldwyn-Mayer de 1939 Le magicien d’Oz. En raison de leur stature emblématique,[1] les pantoufles rubis sont parmi les objets les plus précieux des films.[2] Un certain nombre de paires ont été faites pour le film, bien que le nombre exact ne soit pas connu. On sait que cinq paires ont survécu; une paire a été volée dans un musée en 2005 et récupérée en 2018.[3][4]

Dans le roman original de L. Frank Baum de 1900, Le merveilleux magicien d’Oz, sur lequel le film est basé, Dorothy porte des chaussures en argent. Cependant, la couleur des chaussures a été changée en rouge pour profiter du nouveau processus de film Technicolor utilisé dans les films hollywoodiens à gros budget de l’époque. Le scénariste du film Noel Langley est crédité de l’idée.[5][6][7]

Les chaussons[[Éditer]

Le magicien d’Oz (1939)[[Éditer]

Dans le film MGM, une adolescente de la ferme nommée Dorothy (interprétée par Judy Garland), son chien Toto et leur ferme sont emportés par une tornade du Kansas et emmenés dans le magique pays d’Oz. La maison tombe et tue la méchante sorcière de l’Est, libérant les Munchkins de sa tyrannie. Glinda la bonne sorcière du Nord arrive via une bulle magique et montre à Dorothy les deux pieds de la femme morte qui dépassent visiblement sous la maison en portant des pantoufles en rubis. Lorsque la méchante sorcière de l’Ouest vient réclamer les chaussures de sa sœur décédée, Glinda les transfère comme par magie aux pieds de Dorothy. Glinda dit à Dorothy de rester serrée à l’intérieur d’eux et de ne jamais les enlever, car les pantoufles doivent être très puissantes ou la méchante sorcière ne les voudrait pas si mal. Tout au long du reste du film, la méchante sorcière tente d’obtenir les chaussures. Quand elle capture Dorothy, elle essaie de prendre les pantoufles, mais reçoit un choc douloureux. La méchante sorcière se rend alors compte que les pantoufles ne se détacheront que si le porteur est mort, alors elle décide de tuer Dorothy. Avant qu’elle ne le fasse, cependant, Dorothy l’éclabousse accidentellement avec un seau d’eau, la faisant fondre. À la fin, il est révélé que Dorothy peut rentrer chez elle en fermant simplement les yeux, en cliquant trois fois sur les talons des pantoufles et en répétant la phrase: «Il n’y a pas de lieu comme à la maison.

Les pantoufles ont été conçues par Gilbert Adrian, chef costumier de MGM.[8][9] Initialement, deux paires ont été fabriquées dans des styles différents. La soi-disant «paire d’essai arabe» était «un motif arabe aux bijoux et aux talons et talons bouclés».[9] Cette paire a été utilisée dans des tests de costumes,[1] mais a été rejetée comme inadaptée à l’image de la fermière du Kansas de Dorothy.[9] La deuxième conception a été approuvée, avec une modification. Les perles de clairon rouges utilisées pour simuler les rubis se sont révélées trop lourdes, elles ont donc été principalement remplacées par des paillettes, environ 2 300 pour chaque chaussure.[9]

On pense qu’au moins six ou sept paires de la conception finale ont été réalisées. Selon le producteur Mervyn LeRoy, « Nous devons avoir eu cinq ou dix paires de ces chaussures ».[10] La garde-robe qui a travaillé sur le film a affirmé que « six paires identiques » avaient été faites.[9] Quatre paires utilisées dans le film ont été comptabilisées. Rhys Thomas suppose qu’ils ont probablement été fabriqués par Joe Napoli de la Western Costume Company,[9] et pas tout d’un coup, mais au fur et à mesure que le besoin s’en faisait sentir. Garland a demandé une paire d’une demi-taille plus grande, car ses pieds deviendraient légèrement gonflés dans l’après-midi à cause des rigueurs des répétitions matinales et du tournage.[[citation requise] Selon Rhys Thomas dans son Los Angeles Times article, « toutes les pantoufles rubis sont entre la taille 5 et 6, variant entre les largeurs B et D. »[9]

Les quatre paires survivantes étaient fabriquées à partir de pompes en soie blanche de l’Innes Shoe Company à Los Angeles. À l’époque, de nombreux studios de cinéma utilisaient des chaussures en soie blanche car elles étaient peu coûteuses et faciles à teindre. Il est probable que la plupart des chaussures portées par les personnages féminins Le magicien d’Oz étaient des chaussures Innes simples avec des hauteurs de talons variables, teintes pour correspondre à chaque costume. Il y a un timbre en or ou en argent en relief ou une étiquette en tissu brodé portant le nom de l’entreprise à l’intérieur de chaque chaussure droite.[9]

Pour créer les chaussons rubis, les chaussures ont été teintes en rouge, puis des superpositions en organza pailleté bordeaux ont été attachées à la tige et au talon de chaque chaussure. Le début du processus Technicolor à trois bandes du film exigeait que les paillettes soient plus sombres que la plupart des paillettes rouges trouvées aujourd’hui; des paillettes rouge vif seraient apparues orange à l’écran.[9] Deux semaines avant le début du tournage, Adrian a ajouté des boucles en cuir rouge en forme de papillon.[1] Chacun des arcs d’inspiration Art déco avait trois grands bijoux rectangulaires en verre rouge avec des perles de clairon rouge foncé, soulignées de strass de verre rouge dans des paramètres argentés. Les pierres et les perles ont été cousues aux arcs, puis à la chaussure recouverte d’organza. Trois paires de pantoufles survivantes avaient du feutre orange collé à leur semelle pour amortir le son de Garland dansant sur la route de la brique jaune.[8]

Il est théorisé que Garland portait une paire principale pendant le tournage.[[citation requise]

Une paire, connue sous le nom de «chaussures du peuple», est exposée au public à la Smithsonian Institution. Selon Smithsonian magazine, cependant, les chaussures ne vont pas ensemble; leurs partenaires réels sont la paire non appariée (taille gauche 5C, droite 5BC) qui a été volée en 2005 et récupérée en 2018.[7]

Une autre paire, les chaussures de gros plan ou à insert, est en meilleure forme, semble être mieux faite, n’a pas de feutre orange sur la semelle et a « # 7 Judy Garland » écrite dans la doublure. Selon la Bibliothèque du Congrès, « il est largement admis qu’ils ont été utilisés principalement pour les gros plans et peut-être la scène culminante où Dorothy tape ses talons ensemble ».[11] Des éraflures circulaires sur les semelles corroborent la théorie selon laquelle elles étaient celles que Garland avait lorsqu’elle a claqué les talons.[12] Le manque de feutre indique que c’étaient probablement aussi les chaussures prises aux pieds de la méchante sorcière de l’Est (puisque les semelles sont visibles dans le film),[12] d’où leur surnom: les « chaussures de sorcière ».[13]

Certains croient que la dernière paire connue était[[citation requise] fait pour Bobbie Koshay, double cascadeur de Garland. Il s’agit très probablement de la paire de taille 6B (détenue d’abord par Roberta Bauman, puis Anthony Landini, et actuellement par David Elkouby) dont la doublure dit « Double » au lieu de « Judy Garland ». Cependant, certains pensent que cette paire pourrait avoir été la deuxième paire créée, expliquant donc le « Double » dans la doublure, mais toujours porté par Garland et Koshay.[14] Plusieurs paires de chaussures Garland sont de taille 612. En outre, Garland peut être vu portant cette paire sur des photos prises après la fin du tournage principal du film en 1939.

Garland ne porte pas les pantoufles dans une séquence de film. Alors que les arbres épluchent l’épouvantail avec des pommes, Garland peut être brièvement aperçu en portant une chaussure noire sur son pied droit.

Histoire ultérieure[[Éditer]

Pendant de nombreuses années, les studios de cinéma ont été négligents avec de vieux accessoires, costumes, scripts et autres matériaux, ignorant ou indifférents à leur valeur croissante en tant que souvenirs.[15] Souvent, les travailleurs gardaient simplement les accessoires comme souvenirs sans autorisation, conscients que leurs employeurs n’y prêtaient pas particulièrement attention.[15] L’un des plus connus était le client Kent Warner, qui a accumulé une grande collection privée et complété ses revenus par des ventes. C’est lui qui a trouvé les pantoufles en février ou mars 1970 tout en aidant à mettre en place une vente aux enchères gigantesque d’accessoires et de garde-robe MGM.[9] Ils avaient été entreposés et oubliés dans le sous-sol du département de garde-robe de MGM. Une paire est devenue la pièce maîtresse de l’enchère. Warner a gardé pour lui la meilleure paire, taille 5B,[13] et a apparemment vendu le reste.[7]

Les pantoufles de la vente aux enchères MGM (taille 5C) ont été achetées pour 15 000 $ par un avocat agissant pour un client non identifié.[10] On pense que c’est le couple en exposition permanente dans l’aile Culture populaire du Musée national d’histoire américaine de la Smithsonian Institution à Washington, D.C.,[8] bien que le donateur ait insisté sur l’anonymat.[9] Le Dr Brent Glass, directeur du musée, est apparu le 23 janvier 2008 Le spectacle Oprah Winfrey avec les pantoufles et a informé Oprah Winfrey qu’ils « étaient portés par Judy Garland lors de ses routines de danse sur la route de la brique jaune parce qu’il y avait du feutre au bas de ces pantoufles ».[16] Cependant, selon Rhys Thomas, toutes les paires sauf une avaient du feutre orange sur les semelles.[9] Cette paire subit une détérioration rapide due au vieillissement, et le musée recueille des fonds pour financer des recherches sur la conservation.[7][17]

Une autre paire appartenait à l’origine à une femme du Tennessee nommée Roberta Bauman (1922-2009), qui les a obtenues en se classant deuxième dans un concours du club national quatre étoiles «Nommez les meilleurs films de 1939».[9] En 1988, la maison de vente aux enchères Christie’s les a vendus pour 150 000 $ plus 15 000 $ de prime d’achat à Anthony Landini. Landini a travaillé avec la société Disney pour commencer à les montrer au parc à thème Florida des studios Disney / MGM dans la file d’attente pour le Great Movie Ride, dont la façade et la zone de file d’attente sont inspirées du Grauman’s Chinese Theatre de Los Angeles. Ils étaient visibles au début de la course en 1989. Landini a vendu aux enchères sa paire de pantoufles, toujours à Christie’s East, le 24 mai 2000, pour 666 000 $ (y compris la prime de l’acheteur). Ils ont été vendus à David Elkouby et à ses partenaires, propriétaires de boutiques de souvenirs à Hollywood. Elkouby and Co. n’a pas encore affiché les chaussures.

La paire gardée par Warner, les «chaussures de sorcière», était en parfait état. Warner a vendu les chaussures en 1981 à un acheteur inconnu via Christie’s East pour 12 000 $. Deux semaines après que Landini ait acheté ses pantoufles, cette paire a refait surface et a été offerte en privé par Christie’s au sous-soumissionnaire des chaussures Bauman, Philip Samuels de St. Louis, Missouri. Samuels les a achetés au même prix que Landini avait payé, 165 000 $. Il a utilisé ses chaussures pour collecter des fonds pour des œuvres de bienfaisance pour enfants, ainsi que pour les prêter au Smithsonian lorsque leurs pantoufles sont nettoyées, réparées ou (auparavant) en tournée. La maison de vente aux enchères Profiles in History a annoncé que cette paire serait le clou de sa vente aux enchères Icons of Hollywood du 15 au 17 décembre 2011.[12] Dans une interview, Joe Maddalena, chef de Profils en histoire, a estimé qu’ils iraient pour deux à trois millions de dollars.[18] Ils ont été offerts avec un prix de réserve de départ de deux millions de dollars le 16 décembre 2011, mais n’ont pas été vendus.[14] L’acteur Leonardo DiCaprio et d’autres bienfaiteurs, dont le réalisateur Steven Spielberg, ont permis à l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences d’acquérir la paire à un prix non divulgué en février 2012 pour leur prochain musée.[7][19][20]

Kent Warner a vendu une paire, taille 512B,[2] à Michael Shaw en 1970.[13] Ces objets ont été volés dans une exposition au Judy Garland Museum de Grand Rapids, Minnesota, dans la nuit du 27 au 28 août 2005.[2][21] En 2015, l’Associated Press a rapporté qu’un donateur anonyme avait offert une récompense d’un million de dollars pour des informations sur les pantoufles volées.[22] Le 4 septembre 2018, le FBI a annoncé que la paire volée avait été retrouvée après une recherche de 13 ans.[7][23]

La paire « arabe » très élaborée à bouts bouclés appartenait à l’actrice et conservatrice de souvenirs Debbie Reynolds. Elle a reconnu l’avoir obtenue de Kent Warner.[13] Ces pantoufles ont été vendues pour 510 000 $ (sans compter la prime de l’acheteur) dans le cadre de la vente aux enchères de juin 2011 d’une partie de la collection de l’actrice.[18][24]

Reproductions[[Éditer]

Retour à Oz[[Éditer]

Les chaussons rubis jouent un rôle essentiel dans le film de Walt Disney Pictures de 1985 Retour à Oz, pour lequel Disney devait obtenir de MGM le droit d’utiliser des reproductions dans le film.[25] Contrairement aux originaux, les chaussures à talons français britanniques faites à la main Retour à Oz étaient recouverts de centaines de cristaux rouge foncé.[25] Les pierres ont été trempées dans de l’acide sulfurique pour enlever le support en argent,[25] et deux types de colle ont été utilisés pour les fixer aux chaussures (une colle en spray et une colle optique). Peu importe ce qui a été fait, les pierres tombaient pendant le tournage.[25] Des hommes de scène ont été spécifiquement embauchés pour balayer les « rubis » qui tombaient des pantoufles après le tournage d’une scène. Étant des petites filles, les actrices Fairuza Balk qui jouaient Dorothy et Emma Ridley qui jouaient la princesse Ozma, ne pouvaient tout simplement pas s’empêcher de jouer, de sauter et de taper du talon, donc finalement elles ont dû enlever les pantoufles entre les prises. Des effets ont ensuite été ajoutés en post-production pour donner aux pantoufles leur éclat magique. Un ruban gros grain rouge simple avec des pierres supplémentaires a été utilisé pour les arcs. Sept paires ont été faites pour le tournage: deux paires, taille trois pour Ridley, trois paires (taille inconnue) pour Balk et deux hommes taille 11 pour le Nome King joué par l’acteur Nicol Williamson.[25]

En 1985, Walt Disney Productions a donné une paire de pantoufles pour promouvoir le film.[[citation requise] Ils ont été gagnés par une famille britannique, qui les a vendus au collectionneur éminent d’Oz Willard Carroll lors d’une vente aux enchères sur eBay en 2001.[[citation requise]

Western Costume Company[[Éditer]

La Western Costume Company à Hollywood prétend avoir fabriqué les pantoufles originales de Garland. Même s’il est probable que Western aurait été engagée pour Le magicien d’Oz’s de nombreux costumes, aucun enregistrement des pantoufles originales n’existe pour valider ou réfuter leur affirmation. En 1989, pour commémorer le 50e anniversaire du film, Western a produit les seules reproductions autorisées. Fabriquées à la main sur le moule de pied d’origine de Judy Garland et entièrement pailletées et ornées de bijoux, les pantoufles de reproduction étaient presque identiques aux originaux. Western a prévu une édition limitée de 500 paires à 5000 $ chacune, mais a interrompu le projet après avoir vendu seulement 16 paires. L’une de ces paires a rapporté 35 000 $ (y compris la prime de l’acheteur) lors d’une vente aux enchères du 25 novembre 2013.[26]

Autres reproductions de films[[Éditer]

Super Mario Bros. est un hommage de science-fiction / aventure de 1993 à Le magicien d’Oz mettant en vedette des « Stwomp » Air « Stompers accentués en rouge qui permettent au porteur de voler en cliquant sur les talons ensemble. Une imitation paire de pantoufles rubis est apparue dans le film de 2002 Le maître du déguisement. Une autre paire est apparue dans une séquence Oz dans la comédie culte Kentucky Fried Movie. Des reproductions ont également été publiées dans Nuit au musée: Bataille du Smithsonian, dans lequel le personnage Kahmunrah les jette après avoir découvert que les rubis sont faux.

Versions hommage[[Éditer]

En l’honneur du cinquantième anniversaire de Le magicien d’Oz, la société de joaillerie Harry Winston a créé une paire de pantoufles de taille quatre utilisant « environ 25 carats de diamants et 1 500 carats de rubis ».[27] Évaluées à 3 millions de dollars, elles seraient la paire de chaussures la plus chère au monde.

Pendant la Fashion Week de New York à l’automne 2008, la société Swarovski a organisé un concours caritatif pour commémorer le soixante-dixième anniversaire du film, avec dix-neuf créateurs redessinant les pantoufles rubis, dont Gwen Stefani, Diane von Fürstenberg et Moschino.[28][29][30] Le dessin « arabe » était affiché avec les entrées du créateur.

En 2019, Ikon Design Studio a sorti une paire de pantoufles Ruby sous licence officielle. La réplique des pantoufles est venue dans la taille de Judy Garland de 5B et avait son nom écrit à l’intérieur de la chaussure. La production était limitée à 250 paires numérotées dans le monde, dont une vitrine en acrylique et une plaque numérotée.[[citation requise]

Télévision[[Éditer]

Dans la série télévisée animée 1990-1991 Le magicien d’Oz (produit par DiC Animation City), les pouvoirs des chaussons rubis sont considérablement améliorés. Non seulement ils conservent leur capacité inspirée par le film à repousser la touche de la méchante sorcière de l’Ouest, ainsi que la capacité de téléporter leur utilisateur (et un nombre indéterminé de compagnons) à n’importe quel endroit souhaité, mais ils démontrent également de nombreux autres attributs et capacités aussi. Parmi eux, la capacité de:

  • obscurcir / bloquer la vue de la boule de cristal de la sorcière, mais seulement tant qu’elles restent brillantes
  • annuler, dissiper ou inverser les hexs ou l’énergie magique, utilisés contre leur porteur, par la sorcière
  • léviter un objet et contrôler sa trajectoire dans l’air
  • ajustez immédiatement leur taille / forme pour s’adapter à leur porteur

Dans cette série, Dorothy reste inexpérimentée et peu familière avec la magie des chaussures, et en tant que telle, ne fait appel à leur pouvoir qu’en dernier recours; aboutissant souvent à un scénario deus ex machina. Le lâche Lion et Truckle, la méchante sorcière du chef Flying Monkey de l’Ouest, peuvent également les porter brièvement.

dans le Charmé épisode de la saison 5 Heureux pour toujours, Piper, après être allé au château de conte de fées pour vaincre la méchante sorcière, rentre chez lui à l’aide des pantoufles en rubis.

Les chaussons apparaissent brièvement dans l’épisode de la saison 4 « Fractured » de L’entrepôt 13 dans le Dark Vault, ayant apparemment une vie propre, accompagnée d’un caquet de sorcière et de quelques notes de « Over the Rainbow ». Soi-disant un « artefact » – un objet potentiellement dangereux et malveillant qui confère au porteur des pouvoirs dangereux – puisque de nombreux artefacts sont basés sur des œuvres de fait et de fiction.

L’épisode de la saison 9 « Slumber Party » de la série Surnaturel met en vedette Dorothy et la méchante sorcière. Dorothy, ici dépeinte comme une combattante dure comme des ongles, se rend compte que les chaussures sont la seule chose qui peut tuer la sorcière apparemment invincible. À un moment donné, elle admet qu’elle n’a jamais vraiment porté les chaussures emblématiques, ayant jugé « collant » de porter les chaussures d’une sorcière morte. Vers la fin de l’épisode, Charlie Bradbury utilise les chaussures pour tuer la méchante sorcière et déjouer son complot pour amener ses armées sur Terre et conquérir le monde.

Selon la version révisionniste de l’histoire d’Oz relatée dans le roman de Gregory Maguire Wicked: La vie et l’époque de la méchante sorcière de l’Ouest, les pantoufles ont été données à Nessarose, la future méchante sorcière de l’Est, par son père. Ils ont été construits avec des perles de verre faites à la main et reflètent de nombreuses couleurs différentes dans l’éclairage, ce qui leur donne un effet presque caméléon. Après avoir été enchantés par l’ancienne meilleure amie et colocataire d’Elphaba, Glinda (la bonne sorcière du Nord), ils deviennent des éléments de pouvoir qui permettent à Nessarose, sans bras et handicapé, de se tenir debout et de marcher comme par magie, indépendamment et sans aucun soutien supplémentaire. Dans l’adaptation musicale, Méchant, c’est Elphaba, la méchante sorcière de l’Ouest, qui enchante les chaussures, donnant à Nessarose estropié la possibilité de marcher sans fauteuil roulant.

Les pantoufles rubis d’Oz (Tale Weaver Publishing, 1989) de Rhys Thomas est une histoire des célèbres chaussures et du rôle de Kent Warner.

À la vente aux enchères des pantoufles rubis – une nouvelle dans l’anthologie de Salman Rushdie en 1994 Est Ouest. Divers membres d’un monde sans ressources assistent à une vente aux enchères pour soumissionner pour les pantoufles de rubis de Dorothy Gale à Le magicien d’Oz, dans l’espoir que leurs pouvoirs transformateurs les aideront à atteindre leurs objectifs personnels et politiques.

Le groupe progressif Electric Light Orchestra a utilisé un cadre du film de 1939 sur la couverture de leur quatrième album studio Eldorado, sorti en 1974. La pochette a été mise en page par Sharon Osbourne (alors connue sous le nom de Sharon Arden) et la photo a été imprimée à l’envers: les chaussures pointent à gauche dans le film.

Jeux vidéo[[Éditer]

Dans Wizard101, les pantoufles sont un article portable donné après avoir terminé la quête secondaire « Pas dans le Kansas ». Une fois portés, ils donnent +1 de résistance aux dégâts des sorts de Mort.

Dans World of Warcraft, il s’agit d’une paire de chaussures en tissu épique de niveau 70 lâchées par « l’événement d’opéra » sur le thème du magicien d’Oz dans le cas du raid de Karazhan.[31] Les chaussures fonctionnent de manière similaire à la pierre de foyer avec laquelle tous les personnages commencent, leur permettant de se téléporter de leur emplacement actuel vers l’auberge où la pierre de foyer est installée. La légende sous les lignes statistiques est «Il n’y a pas de lieu comme à la maison».

Les pantoufles font partie des douze «éléments de base» du jeu vidéo 2015 Dimensions LEGO.

Voir également[[Éditer]

Références[[Éditer]

  1. ^ une b c Dwight Blocker Bowers (janvier 2010). « Les Chaussons Rubis: Inventer une Icône Américaine ». Le Centre Lemelson. Archivé de l’original le 20 avril 2010. Récupéré 28 avril 2010.
  2. ^ une b c Monte Burke (3 décembre 2008). « À l’intérieur de la recherche des pantoufles de Dorothy ». Forbes. Récupéré 28 avril 2010.
  3. ^ « Le voleur se dérobe avec les chaussures de Dorothy ». Le gardien. 30 août 2005.
  4. ^ « Chaussures à paillettes rouges ». Archivé de l’original le 9 mars 2012. Récupéré 1er février 2013.
  5. ^ Rhodes, Jesse (janvier 2009). « Pour ces pantoufles rouge rubis, il n’y a pas de place comme à la maison ». Smithsonian. Institution Smithsonian.
  6. ^ Ascanio Branca (13 juillet 2015). « Pantoufles en rubis manquantes de Judy Garland: un donateur anonyme offre une récompense de 1 million de dollars ». Le gardien.
  7. ^ une b c e F Daley, Jason (4 septembre 2018). « Après 13 ans Chase, F.B.I. Nabs Paire de pantoufles Ruby de Dorothy ». Smithsonian.com. Institution Smithsonian. Récupéré 4 septembre 2018.
  8. ^ une b c « Les Chaussons De Rubis De Dorothy ». Musée national d’histoire américaine. Archivé de l’original le 25 mars 2008. Récupéré 20 mai 2008.
  9. ^ une b c e F g h je j k l m Rhys Thomas (13 mars 1988). « Les Chaussons Rubis: Un Voyage au Pays d’Oz ». Los Angeles Times.
  10. ^ une b La fabrication du magicien d’Oz, Aljean Harmetz, p. 308
  11. ^ « Les Chaussons Rubis de MGM Film ». Bibliothèque du Congrès. Récupéré 21 avril 2010.
  12. ^ une b c « Les chaussons de Ruby de Dorothy de » Le magicien d’Oz « à vendre ». starpulse.com. 22 septembre 2011. Récupéré 3 octobre 2011.
  13. ^ une b c Rhys Thomas (20 mars 1988). « Les Chaussons Rubis: La Recherche de Survivants Sole ». Los Angeles Times.
  14. ^ une b « Judy Garland » Dorothy Gale « pantoufles en rubis à l’écran de The Wizard of Oz ». Profils dans l’histoire. Archivé de l’original le 31 janvier 2013. Récupéré 26 janvier 2012.
  15. ^ une b Larry Rohter (26 mai 1990). « Une fois Movie Trash, Now Collectible ». New York Times.
  16. ^ « Le Ruby Slippers Travel à Chicago ». oprah.com. Récupéré 21 avril 2010.
  17. ^ Domonoske, Camila (20 octobre 2016). « Sauvez les pantoufles de rubis: Smithsonian cherche des fonds pour préserver les chaussures de Dorothy ». Radio Nationale Publique. Récupéré 20 octobre 2016.
  18. ^ une b « Interview: Joe Maddalena & Judy Garland Magicien d’Oz Ruby Slippers ». moviepropcollectors.com. 17 novembre 2011. Récupéré 18 novembre 2011.
  19. ^ « L’Académie des Arts et des Sciences du Cinéma acquiert les Chaussons Rubis ». Profils dans la maison de vente aux enchères d’histoire. 22 février 2012. Archivé de l’original le 28 avril 2012.
  20. ^ « Les pantoufles Ruby trouvent une nouvelle maison à la Movie Academy ». Los Angeles Times. 22 février 2012.
  21. ^ Brooks, Jennifer (18 octobre 2016). « Quel monde, quel monde: des pantoufles Ruby toujours manquantes au Judy Garland Museum du Minnesota ». Star Tribune. Récupéré 20 octobre 2016.
  22. ^ « Récompense d’un million de dollars offerte pour les pantoufles volées de Judy Garland ». Presse associée. 11 juillet 2015.
  23. ^ Bierschbach, Briana. « Aucun endroit comme à la maison: les pantoufles en rubis de Dorothy ont récupéré ». www.mprnews.org.
  24. ^ « Debbie Reynolds Hollywood Mega Success: robe Marilyn Monroe vendue pour 4,6 millions de dollars ». International Business News. 20 juin 2011.
  25. ^ une b c e « Notes de production de Ruby Slipper de Retour à Oz« . Walt Disney. Récupéré 2008-03-13.
  26. ^ « Lot 44: une paire de pantoufles en rubis réplique de costumes occidentaux ». Bonhams. Récupéré 4 décembre 2013.
  27. ^ « Chaussons Rubis Redux ». Los Angeles Times. 5 janvier 1990.
  28. ^ « Chaussures Wizard ». Magazine Vogue. 18 juillet 2008. Récupéré 21 avril 2010.
  29. ^ « Les concepteurs contemporains réinventent les pantoufles de rubis de Dorothy pour la charité ». Accédez à Hollywood. 10 juin 2009. Récupéré 21 avril 2010.
  30. ^ « La Collection Ruby Slipper: New York Fashion Week ». Le plat à chaussures. Récupéré 1er février 2013.
  31. ^ « Chaussons Rubis ». WoWpedia. Récupéré 1er février 2013.

Bibliographie[[Éditer]

Liens externes[[Éditer]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *