C'est une fête dans une boîte!

C’est une fête dans une boîte!

Chaussure paillette

« La joie de s’habiller est un art. «  – John Galliano

Plumes, paillettes, lumières alimentées par batterie – toutes nichées et jetées ensemble dans une grande baignoire en plastique rouge dans mon placard. Si vous en avez besoin, je l’ai probablement. Bien que j’aie toujours eu une boîte de fête, c’est ma plus remarquable à ce jour.

Depuis que je suis petit, j’ai toujours aimé me déguiser. Mon père a cousu mes costumes d’Halloween chaque année, ce qui m’a permis de choisir à peu près n’importe quoi. Mes costumes allaient d’un pégase arc-en-ciel à un chat ballerine.

Au lycée, les matchs de football à domicile du vendredi soir étaient mon jour préféré de la semaine parce que je pouvais mettre une quantité agressive de paillettes, de peinture sur le visage et de vêtements à thème.

J’avais commencé à collectionner des vêtements dans des friperies, des magasins de fêtes et ma grand-mère, qu’ils aient ou non une utilité pratique vers la fin du lycée. Au collège, surtout au cours des deux premières années, Halloween est devenu mon «truc» et ces vêtements ont été utilisés comme source d’inspiration et incorporés dans des costumes.

Voici comment ma boîte de fête a grandi avec moi au cours des trois dernières années et demie:

Année de première année, je voulais prouver à quel point j’étais amusant et sortant, et je l’ai fait à travers mes costumes. Pour Halloween, je savais que je voulais tout faire. La première nuit, j’étais un étranger, vêtu d’un haut et d’un bas irisés violets assortis, seulement avec une antenne brillante. Ce fut le premier costume qui a commencé ma boîte de fête.

Je savais aussi que je voulais créer quelque chose d’unique. J’ai décidé de faire un chapeau de méduse, avec des lumières et des banderoles et des rubans à piles qui descendaient au sol.

J’ai commandé des mètres de tulle et de paillettes d’Amazon. Le chapeau et le ruban supplémentaire ont également été jetés dans la boîte.

Bien que je n’étais sur le campus qu’un semestre au cours de ma deuxième année, j’ai quand même réussi à ajouter à ma boîte de fête. J’ai confectionné un costume Kuzco dans «The Emperor’s New Groove», qui impliquait un t-shirt rouge, une couronne en feutre jaune et un bandeau et des boucles d’oreilles fabriqués en collant des boucles d’oreilles à travers un tissu plus feutré. J’ai même essayé d’être un flamant un soir en épinglant des boas en plumes sur un tube rose et un tutu rose.

Toutes ces plumes et ces étincelles ont fait leur chemin dans la baignoire rouge.

L’année junior était l’année où la boîte de fête est devenue ce qu’elle est aujourd’hui. J’ai apporté divers accessoires et vêtements amusants, comme un chapeau de cowboy scintillant rose et une robe bustier rose scintillante, que j’avais ramassés pendant l’été à l’école. Mes amis ont commencé à venir me voir pour des tenues et des choses amusantes à porter pour les soirées. C’était aussi l’année où la boîte de fête a gagné sa première perruque et ses robes à paillettes quand j’étais une boule disco pour Halloween.

Vous aimez ce que vous lisez?
Inscrivez-vous à notre newsletter

Cette année, je n’y ai pas ajouté autant que je le souhaiterais. Je commence à incorporer ces vêtements uniques que je pensais auparavant être exclusivement pour un costume dans ma rotation quotidienne et nocturne.

Les accessoires les plus amusants que j’ai à ce jour sont les suivants: la robe flapper-esque de ma grand-mère des années 50 qu’elle portait pour la danse, un haut tube Playboy scintillant du début des années 2000 et une longue perruque de guirlandes d’argent.

Quand j’étais étudiant de première année, j’utilisais des costumes comme un moyen de montrer mon individualité et, dans un sens, mon style. En vieillissant, j’ai commencé à embrasser la partie de mon style qui s’oriente vers des vêtements bruyants et funky, au lieu de les réserver pour des vacances ou une fête.

Créer des costumes chaque année au collège m’a permis d’explorer mon style d’une manière sûre, car il n’y a pas ou peu de jugement de ceux qui choisissent de s’habiller pour Halloween ou une fête. Cela a eu un impact direct sur ma confiance car je me sens puissant lorsque je porte des vêtements qui font une déclaration.

Pour moi, il n’y a pas de sensation de créer, puis de porter quelque chose qui attire l’attention de toute une pièce.

Plus important encore, c’est amusant.

jeffrea2@miamioh.edu

Insta: @abby__jeffrey

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *